Follow TV Tropes

Following

Fr Visual Novel / Phoenix Wright: Ace Attorney – Justice For All

Go To

https://mediaproxy.tvtropes.org/width/350/https://static.tvtropes.org/pmwiki/pub/images/phoenix_wright_ace_attorney_justice_for_all_8big1.jpg

Maya : Nick ! Qu'est-ce que ça veut dire, ça, que Hunter n'est plus dans les parages ?!?!
Phoenix : Ça veut dire exactement ça. Il n'est plus là. Hunter est parti... Ne prononce plus jamais son nom, d'accord ?
Maya : N-Nick ?
— "Volte-Face Circus"
Advertisement:

Phoenix Wright: Ace Attorney – Justice for All est le second jeu de la trilogie originale de la série de visual novels Ace Attorney, initialement sorti au Japon en 2002 sur Game Boy Advance, puis sur Nintendo DS en 2006 (Japon) et 2007 (Amérique du Nord et Europe).

Peu après les évènements du premier jeu, Phoenix Wright est de retour pour défendre tout une nouvelle salve de clients, à commencer par l'irrémédiablement malchanceuse Maguy Loiseau. Mais lorsque Maya se retrouve à nouveau accusée de meurtre, Franziska von Karma, la fière et talentueuse fille de Manfred von Karma, fait face à Phoenix afin de prouver sa supériorité. À mesure que l'intrigue progresse, le jeu développe également la nature de la relation entre Phoenix et Hunter.

Le jeu introduit plusieurs nouvelles mécaniques de jeu par la suite reprises par le reste de la série, notamment les verrous-psychés, des "verrous" métaphoriques gardant les secrets des différents personnages, et que Phoenix peut briser pour découvrir ce qu'ils cachent. De plus, les système de cinq pénalités est remplacé par une Barre de Vie qui diminue plus ou moins selon la gravité de l'erreur commise, et il est désormais possible de présenter des profils de personnages en plus des pièces à conviction.

Advertisement:

Le troisième jeu, Phoenix Wright: Ace Attorney – Trials and Tribulations, est sorti en 2004, et conclut la trilogie d'origine de la franchise. La trilogie dans son ensemble a été recompilée et retravaillée avec des animations plus fluides et des graphismes en HD, en tant que Phoenix Wright: Ace Attorney Trilogy sorti sur iOS, Android, Nintendo 3 DS, Nintendo Switch, Playstation 4, Xbox One, et PC.


Advertisement:

Schémas présents dans Justice for All :

  • Au Diable les Règles, Je Fais le Bien ! : Dick Tektiv prend la décision d'outrepasser la loi à de multiples reprises durant la dernière affaire, considérant le kidnapping de Maya comme un cas de force majeure. Il permet exceptionnellement à Phoenix d'accéder à la scène de crime et lui communique toutes les informations sur l'avancement de l'enquête, ce qui l'amène à être renvoyé des forces de police, essaie de se procurer en douce un des détecteurs électroniques de la police pour aider Phoenix, et va jusqu'à subtiliser des preuves décisives pour s'assurer qu'elles arrivent au tribunal avant que le verdict ne soit rendu, déclarant sont intention de brûler tous les stops et feux rouges sur son trajet.
    Tektiv : Je suis désolé, Monsieur, mais les lois, la légalité, et tout ça, ça attendra, d'accord !

  • Aveugle Idiot Traduction : La traduction française du jeu est bourrée de fautes d'orthographe, que ce soient des accords manquants, des coquilles, ou même des mots oubliés ou répétés : "je peut" au lieu de "je peux", "parce contre" au lieu de "par contre", "tordre le coup" au lieu de "tordre le cou", "qui l'est pris" au lieu de "qui l'ai pris", ... Même la boîte du jeu comporte une faute, mentionnant "des scénarios incaroyables". Malheureusement, aucune correction ne fut apportée pour la réédition du jeu sur Steam et Nintendo Switch.

  • Briser l'Innocent : Frisé le Clown amène l'exagérément ingénue Monique assister au dernier procès de la troisième affaire, précisément dans le but que celle-ci prenne enfin conscience de ce que signifie réellement la mort de son père, et de sa propre responsabilité concernant les blessures subies par Acro et Bat. À la fin du procès, celle-ci fond en larmes alors qu'elle réalise la vérité.

  • Docteur Connard : Paul Afforme est un médecin colérique et égocentrique, qui semble moins préoccupé par le fait que l'une de ses infirmières ait causé la mort de 14 patients avant d'elle-même mourir dans accident que par le fait qu'elle soit décédée avant d'avoir pu être désignée comme responsable de l'incident, lui coûtant ainsi sa réputation. Il s'avère éventuellement qu'elle était effectivement responsable de la mort des patients en question... parce que Paul Afforme faisait constamment travailler ses employés jusqu'à l'épuisement, résultant éventuellement en une grave erreur médicale de sa part.

  • Du sang, des tripes, des excuses : À la fin de la première affaire, Maguy liste des exemples de tous les aspects de sa vie ayant été affectés par sa malchance : accidents de voiture, intoxications alimentaires, échecs aux examens, ... et manque de chance aux jeux de hasard.

  • Fusil de Tchekhov :
    • Dans "Volte-Face Circus", durant l'inspection de la loge de M. Loyal, Phoenix remarque un bout de papier dépassant de la poche de sa veste, mais intime à Maya de ne pas y toucher car il ne faut pas fouiller dans les affaires des gens. Le jour suivant, cette note s'avère être une pièce à conviction cruciale, prouvant notamment que Monique était la véritable cible du crime.
    • Dans "Adieu, ma Volte-Face", Franziska révèle à Phoenix qu'elle a équipé Tektiv à son insu d'un tracker lui permettant de suivre le moindre de ses mouvements, afin de le garder constamment à l'œil. Plus tard, lorsque Tektiv, en chemin pour apporter d'urgence des pièces à conviction cruciales au tribunal, est victime d'un accident de voiture qui endommage son téléphone au point de le rendre impossible à géolocaliser, Phoenix réalise que Franziska est en mesure de le retrouver grâce audit tracker.

  • L'Innocent : Monique Hullere est une jeune fille excessivement adorable avec la naïveté d'une enfant, chérie de tous au point qu'il est difficile de lui refuser quoi que ce soit. Elle est tellement craquante que pas moins de trois de ses collègues sont tombés amoureux d'elle, et même Phoenix et Maya semblent à deux doigts de lui déclarer leur flamme. Ayant grandi au sein du cirque, elle ignore beaucoup de choses importantes, et ne semble notamment pas se rendre compte de la gravité de la mort de son père (en partie car celui-ci lui a dit que les gens qui meurent deviennent des étoiles), ni encore des raisons qui ont poussé Acro à être furieux envers elle au point d'essayer de la tuer.

  • Le Majordome est Coupable : Une variante. Le majordome de Matt Engarde est bel et bien coupable du meurtre de Juan Corrida, mais il ne s'agit pas réellement du majordome de Matt Engarde, mais du tueur en série Bernick de Killer se faisant passer pour tel.

  • Riche Nom : Le premier témoin du jeu est un jeune homme vivant dans le luxe, s'autoproclamant "virtuose de l'oisiveté", dont le nom est Richard Wellington.


Top