Un personnage a plusieurs traits de caractère. Il peut être gentil, charitable, pieux, et fan de hockey sur glace. Mais, avec le temps, les auteurs exagèrent un trait et minimisent l'importance des autres. Finalement, le personnage n'a plus qu'un seul trait de caractère -- poussé à l'extrême. Les séries télévisées et leurs personnages sont très souvent victimes de cela.

Cela peut être vraiment regrettable si les différents aspects du personnage étaient à la base uniques et subtiles, pour ne devenir que de plus en plus stéréotypé au fur et à mesure que l'histoire se déroule, afin de correspondre aux besoins des clichés de l'intrigue. Cela est particulièrement dangereux [[Fr/QuandLaDirectionSEnMele quand la direction]] [[Fr/LePublicEstAbruti pense que cela plaira plus au grand public]] et améliorera l'audience. Quand cela arrive à un personnage adoré par les fans, cela amènera souvent à la réflexion que le show a [[Fr/DepasserLaDateDePeremption dépassé la date de péremption]]. Peu de spectateurs apprécient de voir un personnage devenir une parodie de lui-même.

Cependant, [[TropesAreNotBad la Flanderisation n'est pas forcément une mauvaise chose]]. Dans certains cas, les spectateurs peuvent trouver la version exagérée d'un personnage plus distrayante que leur version plus subtile et originale, et peut amener un auteur à se montrer plus enthousiaste et créatif vis à vis de cette nouvelle version. Il y a eu des études sérieuses afin de déterminer pourquoi cela plaît à l'audience. Le philosophe Henri Bergson, dans son essai "Le Rire", a écrit que la comédie est basée sur des comportements figés, c'est à dire sur des personnes réagissant mécaniquement, d'une manière qui leur est propre, bien qu'inadapté aux circonstances.

Ce schéma est nommé d'après Ned Flanders, un personnage de la série ''Les Simpson''. Au départ, il était plutôt dévot ; mais, après quelques épisodes, il est devenu un chrétien extrémiste.
----
!!Exemples :
* Flanders n'est pas le seul personnage des ''Simpson'' à avoir connu la Flandérisation :
** Homer a commencé en étant plutôt bête ; maintenant, il est un Fr/{{connard}} stupide.
** Smithers a commencé en étant très dévoué à M. Burns ; maintenant, il a une obsession sexuelle envers son patron.
* L'Empoisonneuse, une méchante dans les bandes dessinées ''Batman'', a commencé en étant une méchante ordinaire avec un thème botanique, et elle a par la suite acquis des super pouvoirs sur les plantes. Ça a été une amélioration.
* Ce schéma affecte souvent Watson dans les adaptations des romans ''Sherlock Holmes''. Dans les romans, il est très intelligent et il a beaucoup de connaissances qui manquent à Holmes, mais il n'a pas la capacité de déduction logique de son ami. Dans les films et séries, il devient un idiot maladroit.

<<|Fr/ToutLeMonde|>>

[[source:En:Flanderization]]